Insertion professionnelle

En plus du programme d’ateliers de français et des ateliers socioculturels, F.L.A. opère dans un troisième champ d’action : l’insertion socioprofessionnelle. Depuis 2014, l’association accompagne les personnes ayant obtenu leur statut de réfugié dans leur insertion professionnelle. Celle-ci s’organise autour de trois piliers : un accompagnement personnalisé, des ateliers compétences-clés, un atelier de techniques de recherche d’emploi.

Un accompagnement personnalisé

Comment s’y retrouver au milieu de toutes ces formalités que le monde professionnel impose pour un réfugié qui n’est pas forcément habitué à ce processus ? Comment s’y conformer  quand cela se fait dans une autre langue ?

Pour chaque personne, une équipe de bénévoles aide à la rédaction de CV, à la recherche de formations, à la préparation aux entretiens d’embauche… Ils peuvent même accompagner les réfugiés à ces entretiens. C’est souvent le cas dans le cadre des actions d’insertion par l’activité économique (IAE). Pour l’occasion, F.L.A. peut faire bénéficier les réfugiés d’un temps d’avance avec la rencontre de divers partenaires et recruteurs.

Et puis l’embauche se concrétise… un réel pas en avant qui reste toujours incertain dans les premiers mois. C’est la raison pour laquelle les bénévoles de l’association s’efforcent d’effectuer un suivi pendant ce moment crucial après l’embauche afin de s’assurer que les réfugiés intègrent leur nouvel emploi de la meilleure manière possible. L’occasion de constater les succès ou les difficultés rencontrés, de faire le point et de toujours les accompagner dans leur parcours vers la réussite.

Des ateliers compétences-clés

Quatre ateliers collectifs où les réfugiés et demandeurs d’asile apprennent le français pour les métiers, le français pour l’emploi, le français pour compter et le français numérique. Des compétences primordiales pour trouver un emploi !

  • Français pour les métiers et Français pour l’emploi

Pour trouver du travail, le Français est essentiel, mais encore faut-il maîtriser le langage professionnel pour une intégration réussie. Tous les mercredis et jeudis matin, les réfugiés peuvent apprendre le vocabulaire relatif à la branche dans laquelle ils souhaitent trouver du travail, ainsi que toutes les formules et termes reliés au monde du travail.

  • Français pour compter

Puisqu’il existe des mathématiques qui diffèrent à travers le monde, avec des manières différentes de calculer, certains doivent ré-apprendre les mathématiques à l’occidentale, d’autres doivent tout simplement apprendre à compter. C’est pour cette raison qu’une fois par semaine des bénévoles encadrent cet atelier afin de leur enseigner les bases en mathématiques.

  • Français numérique

Une partie des personnes que nous accueillons sont analphabètes et n’ont jamais vraiment eu l’occasion d’apprendre à utiliser les outils numériques auparavant. Chez F.L.A., un atelier numérique est encadré une fois par semaine par des bénévoles de l’association. À travers celui-ci, les réfugiés et demandeurs d’asile ont la possibilité d’apprendre à utiliser un ordinateur, une tablette, un smartphone, à rédiger un texte sur Word, à disposer d’une boîte e-mail, ou encore à effectuer des recherches sur Internet ; tout en perfectionnant leur Français par l’apprentissage du vocabulaire-clé du numérique. Des bases essentielles pour la recherche d’un emploi.

Un atelier de Techniques de Recherche d’Emploi (TRE)

Des ateliers collectifs qui permettent d’apprendre à rédiger des lettres de motivation, de faire des simulations d’entretien (en face à face ou par téléphone), d’apprendre à se créer un réseau professionnel… pour rendre les réfugiés acteurs de leur insertion professionnelle et répondre de manière personnalisée et pragmatique à leurs problèmes.

Quelques chiffres :

  • 150 personnes en moyenne suivies chaque année.
  • 300 CV réalisés.
  • 20h par semaine d’ateliers d’ISP.
  • Au 31 décembre 2017, sur 132 participants inscrits au dispositif d’ISP, 59 ont obtenu une sortie positive vers l’emploi ou la formation.
  • Un tiers des contrats ont été signés en CDDI grâce à l’efficacité du partenariat avec l’équipe IAE de Pôle Emploi de Paris.